ROMARINS

Combien de Français Déportés dans les Camps

Le Nombre de Français Déportés pendant la Deuxième Guerre Mondiale

La déportation organisée depuis la France par les nazis a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire, affectant profondément les familles, les communautés et la mémoire collective du pays. Ces actes inhumains ont touché un grand nombre de Français, soulevant la question brûlante de combien de Français ont été déportés dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. Explorez avec nous les différents aspects de ces déportations et leur impact durable sur la société française.

Les Déportations en France pendant la Seconde Guerre mondiale

La déportation organisée depuis la France par les nazis a recouvert de multiples situations regroupées sous un même terme générique. Ce terme de déportation se définit originellement comme « une peine consistant en un exil forcé dans un lieu déterminé ». Son sens contemporain est forgé à partir de 1942 pour rendre compte d’un « internement dans un camp de concentration situé à l’étranger » par les Allemands.

Voici quelques points importants concernant les déportations depuis la France pendant la Seconde Guerre mondiale:

  • Camps de concentration répressifs: Ces camps, conçus en Allemagne à partir de 1933, avaient pour but l’élimination de tous les opposants politiques, religieux et philosophiques aux nazis, ainsi que de tous ceux considérés comme asociaux par le régime. Différentes catégories de déportés étaient identifiées par des triangles colorés : politiques (triangle rouge), droits communs (triangle vert), homosexuels (triangle rose), témoins de Jéhovah (triangle violet), asociaux (triangle noir), Tsiganes (triangle marron), et Juifs (triangle jaune ou étoile jaune).
  • Déportation « de répression » en France: L’occupation de la France en 1940 a entraîné la mise en place des structures de répression nazie sur le territoire français. À partir de 1941, un flux régulier de déportés de France « pour ce qu’ils avaient fait ou étaient soupçonnés de vouloir faire » a été envoyé vers les camps de concentration du IIIème Reich.

    Ne pas savoir où ils étaient conduits était considéré comme une arme psychologique redoutable par les théoriciens de la répression.

  • Convois de la déportation: Environ 79 convois de la déportation sont partis de France vers les camps de concentration, notamment depuis le camp de Drancy, à destination d’Auschwitz.

Ces événements tragiques ont laissé une marque indélébile dans l’histoire et doivent être commémorés pour ne jamais oublier les souffrances endurées par les victimes.

Une file de réfugiés juifs expulsés de chez eux pendant la Seconde Guerre mondiale.

Source de l’image: ushmm.org


Conséquences des déportations lors de la Seconde Guerre mondiale en France

Les déportations pendant la Seconde Guerre mondiale ont eu des conséquences profondes sur les familles, les communautés et la mémoire collective en France. Voici quelques aspects importants à considérer :

  • Effets immédiats sur les familles et les communautés :
    • Séparation et traumatisme : Les déportations ont brisé des familles, séparant les proches et causant un immense traumatisme émotionnel.
    • Perte de vies : De nombreux déportés n’ont pas survécu aux conditions inhumaines des camps de concentration et d’extermination. Leur absence a laissé un vide dans les familles et les communautés.
    • Stigmatisation et discrimination : Les familles des déportés ont souvent été stigmatisées et discriminées après la guerre en raison de leur lien avec les victimes.
  • Répercussions à long terme sur les survivants et leurs descendants :
    • Troubles psychologiques : Les survivants ont souvent souffert de troubles tels que le syndrome de stress post-traumatique, la dépression et l’anxiété.
    • Transfert intergénérationnel du traumatisme : Les descendants des survivants peuvent également ressentir les effets du traumatisme vécu par leurs parents ou grands-parents.
    • Engagement dans la mémoire et la justice : De nombreux survivants et leurs descendants se sont engagés dans la préservation de la mémoire des déportations et dans la lutte contre l’injustice.
  • Préservation de la mémoire des déportations en France :
    • Sites de mémoire : La France compte plusieurs sites de mémoire dédiés aux déportations, tels que le Mémorial de la Shoah à Paris, le Mémorial des Martyrs de la Déportation, et le camp de Drancy.
    • Témoignages et ressources historiques : Des projets comme « Mémoires des Déportations » recueillent des témoignages, géolocalisent les lieux d’internement et fournissent des informations historiques pour préserver la mémoire des déportations.
    • Éducation et sensibilisation : L’éducation sur les déportations est essentielle pour que les générations futures comprennent l’horreur de cette période et s’engagent à prévenir de tels événements à l’avenir.

Limage présente les différents facteurs qui peuvent influencer le développement de lenfant, comme le milieu de vie, les traumatismes subis par les parents, le projet parental, les répercussions du trauma, limage idéalisée du monde et de soi, la rupture du contrat de sécurité et le renforcement des valeurs rédemptrices et narcissiques.

Source de l’image: openedition.org


Les témoignages des déportés français

Les témoignages des déportés français qui ont survécu aux camps de concentration sont d’une importance capitale pour comprendre l’horreur et la réalité de cette période sombre de l’histoire. Voici quelques ressources où vous pouvez trouver ces témoignages :

  • Fondation pour la Mémoire de la Shoah : Cette fondation propose une collection de témoignages de la Shoah, dont le récit d’Alex Mayer intitulé « Auschwitz, 16 mars 1945 ». Maurice Wolman, l’un des six survivants du convoi n° 16 parti de France le 7 août 1942, a également partagé son expérience de déportation à Auschwitz.
  • Mémoires des déportations : Ce site, réalisé par l’Union des déportés d’Auschwitz, offre des ressources historiques, une cartographie inédite et des centaines de témoignages sur les déportations, l’univers concentrationnaire et la Shoah.
  • La mémoire déportée : Une étude portant sur les témoignages des déportés des camps nazis dans l’édition en langue française entre 1944 et 1993.

Ces témoignages sont essentiels pour préserver la mémoire de cette période tragique et pour que nous n’oublions jamais les souffrances endurées par les victimes de l’Holocauste.

Le livre des 9000 déportés de France à Mittelbau-Dora : camp de concentration et dextermination par le travail.

Source de l’image: livreshebdo.fr


Devoirs de mémoire

La commémoration des déportations en France est un devoir de mémoire essentiel pour honorer la mémoire des victimes et préserver l’histoire. Voici quelques éléments importants à considérer :

  • Déportations depuis la France : Pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont organisé des déportations depuis la France vers les camps de concentration du IIIe Reich. Ces déportations ont touché diverses catégories de personnes, notamment les opposants politiques, les Juifs, les Résistants, les homosexuels et les Tsiganes.
  • Responsabilité du régime de Vichy : Il est important de reconnaître officiellement la responsabilité du régime de Vichy dans les persécutions et les crimes contre les Juifs pendant cette période.

    Le Mémorial des Martyrs de la Déportation à Paris commémore les 200 000 personnes déportées depuis la France.

  • Mémorial des Martyrs de la Déportation : Inauguré en 1962, ce mémorial évoque les caractéristiques des camps de concentration : emprisonnement, oppression, impossibilité d’évasion, processus d’attrition, désir d’extermination et avilissement.

Se souvenir de ces atrocités du passé est essentiel pour prévenir leur répétition et honorer la mémoire des victimes.

Des gens sont rassemblés autour dun monument aux morts.

Source de l’image: saintnazaire.fr


Se souvenir des déportations depuis la France pendant la Seconde Guerre mondiale est crucial pour honorer la mémoire des victimes et éviter que de tels actes barbares se reproduisent. Les témoignages des survivants, les initiatives de commémoration et les ressources historiques sont autant de moyens de préserver la mémoire de cette période sombre de l’histoire. En gardant vivante cette mémoire, nous rendons hommage aux innocents qui ont été victimes de l’horreur nazie et nous nous engageons à jamais dire : nous n’oublierons pas.

Comments

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *