ROMARINS

Combien de camps d’internement en France

Les Camps d'internement en France pendant la Seconde Guerre mondiale

Les camps d’internement français ont marqué une période sombre de l’histoire, s’étendant de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie. Ces sites, aux rôles variés et complexes, ont joué un rôle crucial dans le confinement et la gestion de populations diverses. Mais combien de camps d’internement en France ont existé vraiment ?

Plongeons dans l’histoire pour découvrir l’ampleur de ce phénomène et ses implications.

Les camps d’internement en France : Une histoire complexe

Les camps d’internement français ont une histoire complexe, s’étendant sur différentes périodes, de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie. Ces centres, aux appellations variées, ont joué des rôles divers. Voici quelques catégories de ces camps :

  • Centres de rétention administrative : Utilisés pour la détention de personnes en situation irrégulière ou en attente d’expulsion.
  • Camps de réfugiés : Accueillant des réfugiés fuyant les persécutions, notamment des intellectuels antinazis et des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Camps de prisonniers de guerre : Créés pendant les conflits pour détenir des prisonniers ennemis.
  • Camps de transit : Lieux temporaires où les internés étaient regroupés avant d’être transférés ailleurs.
  • Camps de travail forcé : Utilisés pour le travail obligatoire, comme le camp de travailleurs chinois du Commonwealth à Noyelles-sur-Mer pendant la Première Guerre mondiale.

Parmi les camps notables, citons Compiègne, Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande. Bien que les conditions de vie aient été très difficiles dans ces camps, ils n’étaient généralement pas destinés à l’extermination et devaient durer le temps d’un conflit. Durant la Seconde Guerre mondiale, environ 40 000 étrangers, dont de nombreux réfugiés espagnols, ont été soumis au travail obligatoire dans ce qu’on appelait les groupements de travailleurs étrangers.

Ces pages de l’histoire française nous rappellent les périodes tumultueuses et les défis auxquels notre société a dû faire face.

Carte des régions viticoles de France.

Source de l’image: apra.asso.fr


Les Camps d’Internement en France

En France, pendant différentes périodes allant de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, divers types de camps d’internement ont été établis. Voici quelques catégories de ces camps :

  • Camp de concentration : Pendant la Première Guerre mondiale, on utilisait officiellement le terme de camps de concentration pour désigner certains de ces lieux. Par exemple, le camp de travailleurs chinois du Commonwealth établi à Noyelles-sur-Mer (Somme) entre 1916 et 1919.

    Cependant, depuis la Seconde Guerre mondiale, l’expression « camp de concentration » fait référence aux camps de concentration nazis. En France, seuls deux camps de concentration nazis ont existé sous l’autorité directe de l’Allemagne nazie : le Struthof en Alsace et le Camp de Thil.

  • Camps d’internement sous l’autorité de l’État français : On réserve généralement le terme « camp d’internement » aux camps placés sous l’autorité de l’État français. Parmi les plus connus, on trouve :
Nom du Camp
Camp de Compiègne
Camp de Drancy
Camp de Pithiviers
Camp de Beaune-la-Rolande

Ces camps étaient aussi désignés par l’expression « camp de transit ».

Bien que les conditions de vie y aient été très dures et la mortalité élevée, ils n’étaient pas conçus pour l’extermination et devaient normalement durer le temps d’un conflit (Première et Seconde Guerres mondiales, guerre d’Espagne). Dès la déclaration de la guerre en septembre 1939, les ressortissants des « pays ennemis » réfugiés en France, qu’ils soient opposants au régime nazi, Juifs fuyant les persécutions ou autres, ont été soumis à des mesures d’internement. Environ 40 000 étrangers, dont de nombreux réfugiés espagnols, ont été contraints au travail obligatoire dans ce qu’on appelait les groupements de travailleurs étrangers.

Ces camps ont joué un rôle complexe et tragique dans l’histoire, accueillant des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, étrangers pour la plupart, derrière leurs barbelés, pendant des périodes de conflit et de tensions.

Carte de la France montrant les camps dinternement français en décembre 1940.

Source de l’image: wp.com


Conséquences des camps d’internement français

Les camps d’internement français ont eu des conséquences profondes sur les personnes qui y étaient retenues. Voici quelques points importants :

  • Conditions de vie difficiles : Les conditions dans ces camps étaient souvent très dures. La mortalité y était élevée.

    Les internés devaient faire face à la promiscuité, au manque de nourriture, aux mauvaises conditions sanitaires et à la privation de liberté.

  • Internement des réfugiés : Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux réfugiés politiques et Juifs ont fui les persécutions et se sont retrouvés dans ces camps. Parmi eux se trouvaient également des intellectuels antinazis. Cependant, l’afflux important de population dans les camps n’était pas bien géré, car la nation en guerre avait d’autres priorités.
  • Différentes catégories de camps : Les termes tels que « camp d’internement », « camp de transit », « camp répressif » ou « semi-répressif » étaient utilisés pour décrire ces lieux.

    Certains camps étaient destinés aux réfugiés étrangers, tandis que d’autres accueillaient des prisonniers de guerre ou des personnes considérées comme ennemies.

  • Durée limitée : En principe, ces camps ne devaient durer que le temps d’un conflit (Première et Seconde Guerres mondiales, guerre d’Espagne). Cependant, certains ont existé plus longtemps, comme le camp de Gurs, qui a fermé en 1945.

En somme, les conséquences des camps d’internement étaient variées, allant de la privation de liberté à la souffrance physique et psychologique des personnes retenues. Ces événements tragiques de l’histoire doivent nous rappeler l’importance de la vigilance et du respect des droits de l’homme.

Des soldats français débroussaillent un terrain après un incendie de forêt.

Source de l’image: cloudfront.net


L’héritage des camps d’internement français

L’héritage des camps d’internement français résonne encore aujourd’hui, tissant un lien entre passé et présent. Ces lieux, créés entre la Première Guerre mondiale et la guerre d’Algérie, ont abrité diverses populations : des réfugiés, des prisonniers de guerre, et même des intellectuels antinazis. Parmi eux, les camps de concentration de la Première Guerre mondiale, les camps nazis en France pendant la Seconde Guerre mondiale, et les camps d’internement sous l’autorité de l’État français.

Bien que les conditions de vie y aient été difficiles, ces camps ne devaient durer, en principe, que le temps d’un conflit. Aujourd’hui, la commémoration des victimes de ces périodes sombres est essentielle pour se souvenir et honorer leur mémoire. Nous nous devons de préserver ce lien entre histoire et présent, afin que les générations futures puissent apprendre et réfléchir sur ces événements.

Carte des camps de concentration et dinternement en France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Source de l’image: cheminsdememoire.gouv.fr



L’héritage des camps d’internement français résonne profondément dans notre société contemporaine. De la dure réalité des conditions de vie à la diversité des populations internées, ces lieux soulèvent des questions essentielles sur la mémoire collective et le devoir de commémoration. En réfléchissant sur l’histoire de ces camps, nous nous engageons à honorer la mémoire des victimes et à préserver le lien entre passé et présent.

Combien de camps d’internement en France ont existé ? Bien plus qu’une simple question numérique, c’est un rappel poignant de notre devoir de mémoire et de vigilance.

Comments

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *